Luxembourg : COP26, et maintenant ?

Logo COP26

COP26 : engagements et conséquences

Publié le 21 novembre 2021

Du 31 octobre au 13 novembre 2021 s'est tenue, à Glasgow, la 26ème conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. COP26, pour les intimes. Elle a réuni presque tous les pays du monde, représentés la plupart du temps par leurs dirigeants, ministres et délégués, mais aussi par des négociateurs, des entreprises, des ONGs et des groupes issus de la société civile. Leur but : parvenir à un accord international et à des objectifs quantifiés pour lutter contre le réchauffement climatique, si possible en le maintenant sous les +1.5.°C par rapport à l'ère pré-industrielle.

COP26 : organisation et enjeux

Réunir, et surtout mettre d'accord autant de parties prenantes sur des engagements contraignants, c'est en soi une prouesse qui mérite d'être remarquée. Est-ce que cela suffira à 'sauver le monde' ? Sûrement pas. Est-ce que cette conférence a été inutile ? Non plus, car elle pose au moins les bases du travail à effectuer, à condition que les paroles soient suivies d'actes qui les concrétisent. Et pour un sujet aussi complexe et délicat que notre avenir climatique, il est bien évidemment possible d'y voir à la fois du positif et du négatif.

C'est pourquoi nous vous proposons justement ici d'aborder les résultats de cette COP26 avec deux points de vue : verre à moitié plein et verre à moitié vide. À chacun ensuite de juger du remplissage réel du verre...

Commençons donc tout de suite par quelques généralités sur cette COP26, avant de rentrer dans le détail des décisions prises :

Verre plein

Le verre à moitié plein...

  • Une conférence qui a réuni la quasi-totalité des pays du monde, incluant des acteurs très variés, qui a donné la parole à tous.
  • Un énorme travail fourni pour couvrir les nombreux points ouverts, en seulement deux semaines.
  • Une organisation du travail qui prend réellement forme : des jalons clairement définis, des groupes de travail formés pour chaque sujet, un cadre unifié pour mesurer l'impact de chaque pays, des objectifs chiffrés (ou sur le point de l'être)...
  • Le dernier rapport du GIEC (notre résumé ici) reconnu et pris en compte pour la première fois pour définir les objectifs.
  • L'accord le plus ambitieux jamais formulé concernant l'environnement et le climat, signé par toutes les parties prenantes (196 états + l'Union Européenne).
Verre vide

...le verre à moitié vide

  • Des parties prenantes qui viennent massivement en jet privé, un défilé d'entreprises venues faire du greenwashing, la parole donnée à Jeff Bezos... comment prendre tous ces engagements au sérieux ?
  • Beaucoup d'objectifs, mais encore aucune action concrète définie et très peu de stratégies précises pour y parvenir.
  • Plusieurs pays n'ont pas pu envoyer de représentant, car trop complexe (visa, vaccination...) ou trop cher. Raté pour l'inclusivité...
  • Quelques pays parmi les plus émetteurs (Brésil, Chine et Russie notamment) n'ont pas été représentés par leur dirigeant.
  • Un accord contraignant mais... aucune sanction prévue s'il n'est pas appliqué !

Limiter le changement climatique

Le pacte de Glasgow le confirme, l'objectif des +1.5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, fixé lors de la COP21, est toujours d'actualité, même s'il est chaque jour un peu moins facile à atteindre. En réalité, rester sous les 2°C semble déjà franchement optimiste.

Pour se donner une chance de limiter les dégâts, il faut agir vite, et de manière efficace, pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. C'est sans doute sur ce point que les discussions ont été les plus difficiles lors de cette COP26. Notamment sur le sujet de la sortie du charbon pour la production d'électricité : alors que l'accord initial mentionnait la suppression pure et simple du charbon, quelques pays (notamment l'Inde, la Chine et les États-Unis...) ont poussé pour finalement signer une 'diminution progressive'. C'est peut-être un des engagements les plus marquants de cette conférence, le voici dans sa version originale :

36. [The Agreement] Calls upon Parties to accelerate the development, deployment and dissemination of technologies, and the adoption of policies, to transition towards low-emission energy systems, including by rapidly scaling up the deployment of clean power generation and energy efficiency measures, including accelerating efforts towards the phasedown of unabated coal power and phase-out of inefficient fossil fuel subsidies, while providing targeted support to the poorest and most vulnerable in line with national circumstances and recognizing the need for support towards a just transition.

Les centrales à charbon, en voie de disparition ?

Le Luxembourg s'est par ailleurs associé à 4 autres pays (l'Allemagne, l'Autriche, le Portugal et le Danemark) contre le nucléaire, refusant que celui-ci fasse partie des énergies financées par l'Europe pour remplacer le charbon. Pour ces 5 pays, le nucléaire n'est pas une solution sûre ni durable pour lutter contre le changement climatique.

Également dans le Pacte signé, une baisse des émissions de méthane pour 2030. Pour rappel, le méthane est un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2, qui est essentiellement émis par l'élevage, les carburants (production, distribution et utilisation) et la décomposition des déchets. En marge de la COP26, plus de 100 pays, dont le Luxembourg, ont signé le 'Global Methane Pledge', qui les engage à réduire d'au moins 30% leurs émissions de méthane entre 2020 et 2030.

Le sujet de la déforestation a aussi été abordé, puisque plus de 100 pays, possédant 85% de la surface forestière du globe, se sont engagés à stopper totalement la déforestation d'ici 2030.

La suite de la lecture est réservée aux abonnés de LëtzShift. Pour vous abonner gratuitement, il vous suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous :

Nos sources :

Vos réactions

Ajouter un avis

Combien font 1 + 9 ?

N.B. : Tout contenu inapproprié sera automatiquement supprimé sans préavis.

Thomas - 21/11/2021, 18h17

Merci pour cet article ! Facile à comprendre et bien représentatif de cette COP26...